Vaccins

DOMAINES THERAPEUTIQUES

shutterstock_360472571

Plusieurs pathologies se caractérisent par  la surproduction de cytokines comme les maladies auto-immunes, inflammatoires, certains cancers et les allergies. Aujourd’hui Néovacs poursuit ses efforts de recherche et développement, pour répondre aux besoins médicaux de ce type de pathologies, et pouvoir proposer aux patients de nouvelles options thérapeutiques, grâce à ses vaccins Kinoides®.

IFNα KINOÏDE ET LE LUPUS

LE LUPUS ERYTHEMATEUX SYSTEMIQUE OU LUPUS ERYTHEMATEUX DISSEMINE

Le lupus est une maladie auto-immune, chronique et invalidante dont l’étiologie reste mal connue. La maladie est évolutive, marquée par une alternance de poussées et de périodes sans symptôme (rémission). Le lupus peut affecter de nombreux organes et tissus (peau, reins, articulations, cœur, poumons, système nerveux …) et se manifeste par des signes cliniques hétérogènes (éruptions cutanées, arthrite, photosensibilité, atteinte rénale, troubles neurologiques, anémie…), qui varient d’une personne à une autre et changent au cours de l’évolution de la maladie. La maladie touche essentiellement les femmes (9 femmes pour 1 homme). La prévalence est estimée entre 1 pour 1000 et 1 pour 3000.

 

Il n’existe pas de traitement curatif du lupus. Les seuls traitements disponibles visent à réduire l’inflammation et la douleur associée afin de traiter les principaux symptômes de la maladie et de prévenir les complications. Actuellement, le traitement de fond repose sur l’utilisation d’un antipaludéen de synthèse, l’hydroxychloroquine, dont les propriétés anti-inflammatoires exercent un effet thérapeutique, préventif sur les rechutes et permettent un contrôle de la maladie au long cours. Le traitement des poussées doit ensuite s’adapter à leur gravité et aux organes affectés et est généralement basé sur l’utilisation, seuls ou en association, d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), de corticoïdes, et d’immunosuppresseurs.

Pour plus d’information lire le dossier réalisé par Néovacs à l’occasion de la journée des « Maladies Rares » le 28 février 2017: « Diagnostic, traitement et prise en charge du lupus : les avancées de la recherche et du développement».

 

Néovacs a déjà montré lors de son étude de phase I/IIa chez les patients atteints de lupus, que les anticorps anti-Interféron alpha  induits par l’IFNα Kinoїde, étaient capables de neutraliser la surproduction d’IFNα et que le traitement est bien toléré, avec une réponse immunitaire prolongée*. ( *Lauwerys et al., Arthritis Rheum (2013) et Ducreux et al.,Rheumatology (2016) )

 

La société mène actuellement un étude de phase IIb internationale sous « IND » et l’approche thérapeutique a reçu une désignation « Fast-Track » par la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis. ( pour plus d’informations consulter le site clinicaltrials.gov )

 

 

IFNα KINOÏDE ET DERMATOMYOSITE

La dermatomyosite est une maladie auto-immune inflammatoire acquise, caractérisée par une faiblesse musculaire et une atteinte (ou éruption) cutanée. C’est une maladie rare dite orpheline qui touche l’enfant et l’adulte. L’incidence annuelle est estimée entre 1 et 10 nouveaux cas pour 1 million d’habitants par an, et la prévalence entre 1/50 000 et 1/10 000 (Orphanet). La dermatomyosite est 2 fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

Le traitement de premier choix sont les corticoïdes, administrés habituellement à fortes doses au début du traitement, puis à doses plus réduites pour atteindre la dose d’entretien appropriée. Les agents immunosuppresseurs sont aussi fréquemment utilisés en combinaison, classiquement le méthotrexate, l’azathioprine et le mycophénolate mofétil. Les immunoglobulines intraveineuses (Ig IV) peuvent être utilisées dans les cas sévères.

Néovacs mène actuellement une étude clinique de phase IIa dans cette indication. ( Pour plus d’informations consulter le site clinicaltrials.gov)

IFNα KINOÏDE ET DIABETE DE TYPE 1

Le diabète correspond à une élévation prolongée de la concentration de glucose dans le sang. Ce dérèglement peut avoir plusieurs origines. Dans le cas du diabète de type 1, il est dû à la destruction des cellules du pancréas spécialisées dans la production d’insuline : les cellules bêta des îlots de Langerhans. Cette destruction est elle-même causée par une réaction auto-immune, comme en témoigne la présence d’auto-anticorps.

Le diabète de type 1 représente environ 10 % des cas de diabètes en France et dans le monde. La moitié des cas se déclare avant l’âge de 20 ans. Actuellement en France, la prévalence du diabète de type 1 est d’environ 13,5 cas pour 100 000 enfants de moins de 15 ans. (Source: Inserm)

Néovacs mène une étude préclinique de preuve de concept en collaboration avec le Docteur Agnès Lehuen et le Professeur Christian Boitard, qui dirigent le laboratoire de Recherche en Immunologie du Diabète et le service de Diabétologie de l’hôpital Cochin à Paris.

 

Image Alt Text

VEGF KINOIDE DANS LE CANCER DES OVAIRES ET LE CANCER COLORECTAL

La technologie de Néovacs présente un potentiel thérapeutique majeur pour ce type de cancer où la protéine VEGF-A (Vascular Endothelial Groth Factor) joue un rôle important dans le développement vasculaire de la tumeur. Dans ce type de cancer, la neutralisation du VEGF-A pourrait empêcher la tumeur de s’amplifier et de développer des métastases.

Le cancer colorectal touche environ 43 000 nouvelles personnes et est responsable de plus de 17 500 décès. Il s’agit du 3ème cancer le plus fréquent et de la 2ème cause de décès par cancer en France. ( source: Institut National du cancer )

Le cancer des ovaires est le 5ème cancer féminin après les cancers du sein, du côlon, de l’utérus et de l’estomac. Dans la plupart des cas, le cancer de l’ovaire concerne les femmes âgées de plus de 45 ans. Il se manifeste surtout entre 60 à 70 ans. Actuellement, environ 4 000 nouveaux cas de cancer de l’ovaire sont diagnostiqués par an en France. ( source: Institut Curie)

Néovacs mène actuellement une étude préclinique de preuve de concept en collaboration avec le Professeur Robert Kerbel et son équipe, du Sunnybrook Institute de Toronto, au Canada.

POURQUOI INVESTIR ?

VOIR L’ESPACE INVESTISSEURS